Pour un « ESPRIT » ethnique cet automne

Coucou les filles, avez-vous déjà réfléchi à votre look de cet automne/hiver ? Si la chaleur de l’été  permet toutes les libertés vestimentaires, l’automne rime parfois avec monotonie et temps pluvieux.  Cet automne, je vais encore devoir jeter un regard désabusé sur ma garde robe en sortant mon bon vieux manteau ou ma doudoune. Entre les différentes marques il est souvent difficile de faire un choix clair parmi les manteaux, trenchs, vestes, parka: couleurs et matières semblables, coupes parfois grossières et prix cher.

Aussi j’ai opté pour un automne  ethnique en succombant au charme du poncho, ce vêtement typique des Andes. Pourquoi me direz-vous? Tout simplement parce que le poncho est à la fois original, pratique et il tient chaud les filles ! Il se décline sous diverses formes: pull, gilet, manteau, cape. Son style peut aller du plus simple (motifs unis) au plus élaboré (avec une véritable structure tissée). De plus, je trouve que le poncho est facilement accessoirisable car je peux le porter avec absolument tout : jean, pantalon, robe…  Il m’accompagne lors de toutes mes sorties de jour comme de nuit. Le poncho a été remis au goût du jour car il n’est plus aussi large et il épouse parfaitement mes formes.

Mon attention s’est particulièrement portée sur la nouvelle collection Esprit qui propose pour l’automne/hiver une sélection de ponchos dans la lignée de la marque: intemporelle ! La marque Esprit garnit ma garde robe depuis plusieurs années car j’ai toujours apprécié leurs vêtements qui selon moi allient le style casual/décontracté avec une pointe de chic que je recherche toujours dans mon look. Mais trêve de bavardage, voici la petite sélection de ponchos qui m’a tapée à l’oeil. J’espère qu’elle vous plaira aussi !  N’hésitez pas à laisser vos commentaires, ils sont comme d’habitude les bienvenus !

Esprit-poncho

Ambiance ibérique !

Bonjour à toutes, je voulais partager avec vous les dernières tendances ibériques en matière vestimentaire et gastronomique. Nous avons donc opté pour un brunch portugais ainsi qu’une tenue Desigual pour faire honneur à nos origines. C’est à La Tiborna, 19, rue Durantin dans le 18 ème (aux pieds de la butte Montmartre) que nous avons stimulé nos papilles, le temps d’un déjeuner, un pur délice. L’emplacement idéal de ce restaurant situé dans un des lieux les plus romantiques de Paris pourrait passer inaperçu. Cela n’a pas suffi à ébranler ma curiosité. Je découvre une véritable épicerie fine tenue par un chaleureux portugais.

L’entrée en matière se fait par une dégustation : planche de divers fromages, pain croustillant, confitures au choix, accompagnée d’une boisson chaude (thé, café, chocolat chaud). Une petite part de tortilla ou une assiette de charcuterie suivie d’une tartine complète de jambon ou de poulet m’ont été proposées. Un très bon dessert a ponctué ce repas simple mais goûteux: une spécialité incontournable de la pâtisserie portugaise, le fameux pastel de nata !  Ceux qui connaissent le Portugal ont déjà certainement goûté ce petit flan typique que l’on peut saupoudrer de cannelle: une vraie tradition portugaise:)

Si vous cherchez un endroit chaleureux dans un des lieux les plus emblématiques de Paris et que la faim vous guette, faîtes une halte à La Tiborna, ça vaut le détour: ambiance portugaise, belle atmosphère calme et chaleureuse ainsi qu’un bon rapport qualité/prix (19,50 euros).

Pour la tenue, une jolie robe imprimée Desigual avec foulard intégré. C’est lors de mes flâneries routinières que j’ai eu un coup de coeur pour cette robe. De manière générale, j’apprécie beaucoup cette enseigne même si parfois les couleurs font un peu too much selon moi. J’ai justement flashé sur la plus discrète et moins décolleté. Sur sa simplicité d’abord: une robe grise avec une matière souple mettant en valeur les formes sans exagération, ensuite un côté ethnique avec son foulard de style péruvien lui conférant toute son originalité, sans extravagance.

IMG_20150822_234834

IMG-20150822-WA0009

IMG_20150823_140931

IMG-20150822-WA0017

DSC_0631

DSC_0613

DSC_0614(1)

DSC_0621

La vie est belle!

Demain c’est mon anniversaire, je fêterai mes 32 ans, que le temps passe vite… Je me revois encore adolescente 13 ans auparavant, découvrant les résultats du bac, les yeux remplis d’étoiles face à un futur prometteur qui s’annonçait ; mon année Erasmus en Espagne, mes différents voyages en Australie, Brésil, tous les gens que j’ai rencontrés. Tant de temps est passé et pourtant je suis restée la même, avec les mêmes envies et désirs d’avancer, d’accomplir de belles choses. La naissance de ma fille en février 2015 m’a apporté beaucoup de bonheur et j’avoue qu’elle est un moteur supplémentaire pour moi, son magnifique sourire me donne la force de me surpasser au quotidien et donner le meilleur de moi-même. Demain je serai entourée de mes amis et ma famille, ce sera un jour spécial, une occasion d’être entourée des gens que j’aime. Une chose est sûre, il n’y a pas d’âge pour être heureux. Il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves. En fait je crois qu’on peut le faire quand on veut et que chacun avance à son rythme.

Comme disait Les Brown,

personne n’est trop vieux pour se fixer un nouvel objectif, ou faire de nouveaux rêves »

a585a2b792ccd0888899eca3ccc3da31

Florenz , artisanale et intemporelle

Bonjour à toutes, aujourd’hui, nous souhaitions vous parler d’une nouvelle créatrice en vogue. Il s’agit de Florence. Nous vous proposons de découvrir ses produits faits main, simples mais beaux et surtout de qualité. La boutique s’appelle Florenz.

Qui est-elle?

C’est en 2012 que naît l’idée. Graphiste dans le secteur publicitaire, Florence prend une décision importante, elle se lance et change de secteur: « Jai eu envie de changer de secteur et de support, de passer de la feuille blanche au carré de soie. » raconte-t-elle.

Studio de création et marque d’accessoires de mode, chaque saison Florenz propose des collections de foulards et d’objets textiles de qualité autours de savoir-faire hors du commun. Établi à Madrid en Espagne en 2013 par la graphiste française Florence Bourgade, le studio fortement influencé par une esthétique toute française et par les traditions textiles propose chaque saison une collection de pièces élégantes, originales et intemporelles, fabriquées en série limitée. Elle s’inspire des traditions françaises et indiennes, un doux mélange qui lui permet de révéler toute sa créativité.

Esprit de la boutique:

Des pièces rares, éditées en série limitée et destinées aux amoureux des belles choses et aux personnes inspirées par l’histoire et la main qui se cache derrière chacune. La qualité est le maître mot de cette créatrice. En effet, elle collabore régulièrement avec des artisans talentueux d’univers différents.

Promotion:

Jusqu’au 22 août les pièces de la collection hiver 2015 en pré-commande sont à -30% pour les kimonos et -25% pour les foulards.

3 mots clés:

Metissage, Fait-main, raffinement.

Découvrez la boutique: http://www.floren-z.com

_MG_9852_MG_9660_MG_0177_MG_0148_MG_0133_MG_0073

La folie des looks japonais!

C’est bien connu, les japonais sont très en avance sur toutes les nouvelles technologies mais pas seulement. En effet, leur style vestimentaire est très évolué et le moins que l’on puisse dire est que l’originalité ne leur fait pas peur.

Du look lolita au gothic, country ou encore cosplay, les japonais sont fiers d’exhiber leur style. C’est leur façon de se démarquer face à cette société de masse mais également d’affirmer leur personnalité et leur appartenance à un style. La tenue vestimentaire du japonais décrit parfaitement sa façon de voir la vie et de penser.

Baladez-vous dans les rues de Tokyo et vous y croiserez certainement des lolitas, habillées pour la plupart d’entre elles comme des petites filles, les cheveux ornés de rubans (ce sont les sweet lolita). Il existe cependant la version plus « trash » de la lolita enfantine, il s’agit de la gothic lolita, ce style est très gothique comme son nom l’indique, les jeunes filles s’habillent avec des robes un peu plus amples, accompagnés de chaussures compensées, de croix, le noir est la couleur prédominante. Le cosplay est également un style assez répandu au Japon, s’inspirant des personnages de manga principalement. Il prend la forme d’un vrai déguisement.

Cependant avec la crise et la pertes dans les valeurs actuelles, les looks tendent à se transformer. Aujourd’hui beaucoup de nippons puisent leurs nouvelles sources d’inspiration dans les valeurs ancestrales et n’hésitent plus à utiliser des accessoires vintage pour ajouter un plus à leurs tenues, tout cela dans le respect de l’environnement.

e5b2fef9bb07b070adf711a7898441b1

cosplay

lolita-gothic

Japanese women dressed in Lolita fashion walk in front of the venue of "Individual Fashion Expo. IV" fashion event in Tokyo

sweet-lolita-rose

*Sources: Pinterest et Google Images

Française jusqu’au bout des ongles!

Aujourd’hui, nous voulions vous présenter un article tendance, incontournable, le must d’une garde-robe chic et intemporelle : la marinière !

Originellement, ce vêtement était utilisé par les matelots comme tenue de travail. Elle deviendra plus tard une véritable pièce tendance. C’est tout d’abord Coco Chanel qui lance cette mode dans les années 20. Yves Saint Laurent lancera le tricot lors de sa collection dans les années 70. Elle sera remise au goût du jour par Jean Paul Gaultier.  Véritablement française, la marinière se porte avec une jupe ou un short ; des sandales ou tennis. Chic ou décontractée, vous pouvez adapter facilement cet article à votre look sans vulgarité, tout en restant élégante et sophistiquée. La marinière se décline en plusieurs modèles : t-shirt, polo, pull, en soie, en coton…

asos-mariniere

robe-mariniere

etam-mariniere

3e4e3216d039a199048ddc7a5185f642

8b4d6540be801fa2e6cfe25fcf89082b

15fe11c9102c802d0e528c18458e0b94

59b6e8e1d0b38244cf0110681c394a1c

Etre maman

Certains d’entre vous ont pu le constater au travers de mes publications ou photos, je suis devenue maman en février et je souhaitais partager avec vous ce que l’on peut ressentir comme doute, peur, joie face à l’arrivée d’un enfant. Certains sujets sont tabou dans notre société et je pense qu’il faut en parler.

J’ai toujours voulu être mère. Fonder une famille pour moi c’est transmettre ce que l’on a de meilleur en nous et donner la possibilité à un petit être de s’épanouir même s’il est vrai qu’aujourd’hui le monde qu’on nous propose n’est plus aussi idyllique malheureusement… J’attendais le bon moment, cette fameuse « stabilité » pour sauter le pas. Ce parfait équilibre est arrivé à mes 31 ans, boulot, appartement et bien sur mari:) faisaient parti de l’équation donc je me suis lancée dans cette magnifique aventure. La grossesse s’est bien passée et la petite Eva est née le 25 février 2015. J’ai ressenti un grand bonheur quand son petit corps fragile s’est posé sur ma poitrine, les larmes ont coulé et un sentiment de plénitude m’a envahi. Cependant une sorte de désarroi a aussitôt pris le pas à ma grande surprise.

Je trouve qu’on ne prépare pas assez les jeunes parents à l’arrivée d’un enfant. Les médias présentent la maternité de façon très stéréotypée et les phrases telles que « c’est que du bonheur » peuvent parfois renforcer ce sentiment de culpabilité que  certaines mères ressentent à l’arrivée de leur enfant. J’étais donc désemparée face aux premiers pleurs de mon enfant, ma petite avait un cri particulièrement strident que je n’arrivais pas à calmer. Allais-je réussir à créer ce lien avec ma fille? Comment allais-je gérer ma nouvelle vie à 3 moi qui ai toujours été très indépendante? Je devais désormais prendre le temps de réaliser que je n »étais plus toute seule et que désormais une personne très importante comptait sur moi pour grandir dans ce monde. Quelle angoisse! J’ai appris plus tard qu’il ne faut pas trop se projeter et vivre au jour le jour. Pendant ma grossesse, j’avais décidé d’allaiter car on m’a toujours dit que le lait maternel contenait des éléments importants pour le système immunitaire du bébé et que cela renforçait le lien entre la maman et l’enfant. Je trouvais ça magique! A la naissance d’Eva, j’étais épuisée et le biberon s’est imposé de lui même malgré mes tentatives pour allaiter ma fille. Je ne le regrette pas au final. Allaiter demande une energie folle que je n’avais pas… Le point positif dans tout ça: mon mari peut m’aider avec les biberons. Je ne suis pas obligée de me lever tout le temps la nuit, nous alternons et il faut l’avouer c’est un grand soulagement… Ce que je retiens de ces premiers mois avec mon bébé:

ne pas écouter les autres ainsi que les phrases stupides: « c’est pour quand le deuxième? »  J’ai envie de leur répondre « laissez moi d’abord élever celui-là. »

ne pas se culpabiliser de ne pas allaiter, je préfère donner le biberon avec amour qu’allaiter avec dégoût. C’est ce que je dis aux femmes qui essaient de me piquer au vif;) histoire de leur clouer le bec.

faire comme on le sent avec son enfant, bien sûr chaque conseil est bon à prendre mais au final nous sommes les seules à connaître et comprendre les besoins de notre bébé.

s’octroyer des moments à soi: et oui, faire un enfant c’est aussi perdre une partie de soi même, cette partie égoïste…  nous ne disposons plus de nous-même comme avant et il est vrai que parfois ça manque de regarder la télé affalée sur le canapé après une dure journée, de sortir le soir, de faire des projets farfelus…

Voilà, je voulais partager avec vous cette aventure, je trouve toujours intéressant de raconter les moments forts d’une vie!

DSC_0018

Look de la semaine

Ce samedi, avec ma soeurette nous avons décidé de faire un petit brunch dans Paris et c’est l’occasion pour moi de vous faire partager mon dernier achat: une robe Morgan noire en dentelle, sur fond beige. Très simple, elle est facile à porter, au travail, à une occasion ou en soirée…
Très bon weekend à toutes!

IMG-20150425-WA0019

IMG-20150425-WA0016

IMG_20150425_165049

IMG_20150425_150932

IMG_20150425_150844

J’aime ton goût

J’aime ton goût (8 rue du Chevaleret, 75013) est une épicerie fine et bar à café situé en plein coeur de Paris dans le 13ème arrondissement, dans le quartier de la BNF (Bibliothèque François Mitterrand). Véritable musée à la décoration soignée, vous y trouverez des produits du monde entier et plus particulièrement des cafés et thés de tous pays (Colombie, Costa Rica…).
Il est également possible d’acheter des tasses multicolores, des confiseries en tous genre, du foie gras ou encore du chocolat.
Nous nous sommes laissées tenter un après-midi par un café venu d’ailleurs, des petits gâteaux soufflés à la vanille et un abricot confis, un vrai régale pour nos papilles. Tout cela pour un prix très raisonnable. L’accueil y est très chaleureux, convivial.
Le personnel est très accessible et nous renseigne sur les produits de la boutique, aux allures de caverne; un vrai plaisir pour les yeux.

20150328_163950

20150328_160314

20150328_163516

20150328_155947

20150328_155840

20150328_155901