Etre maman

Certains d’entre vous ont pu le constater au travers de mes publications ou photos, je suis devenue maman en février et je souhaitais partager avec vous ce que l’on peut ressentir comme doute, peur, joie face à l’arrivée d’un enfant. Certains sujets sont tabou dans notre société et je pense qu’il faut en parler.

J’ai toujours voulu être mère. Fonder une famille pour moi c’est transmettre ce que l’on a de meilleur en nous et donner la possibilité à un petit être de s’épanouir même s’il est vrai qu’aujourd’hui le monde qu’on nous propose n’est plus aussi idyllique malheureusement… J’attendais le bon moment, cette fameuse « stabilité » pour sauter le pas. Ce parfait équilibre est arrivé à mes 31 ans, boulot, appartement et bien sur mari:) faisaient parti de l’équation donc je me suis lancée dans cette magnifique aventure. La grossesse s’est bien passée et la petite Eva est née le 25 février 2015. J’ai ressenti un grand bonheur quand son petit corps fragile s’est posé sur ma poitrine, les larmes ont coulé et un sentiment de plénitude m’a envahi. Cependant une sorte de désarroi a aussitôt pris le pas à ma grande surprise.

Je trouve qu’on ne prépare pas assez les jeunes parents à l’arrivée d’un enfant. Les médias présentent la maternité de façon très stéréotypée et les phrases telles que « c’est que du bonheur » peuvent parfois renforcer ce sentiment de culpabilité que  certaines mères ressentent à l’arrivée de leur enfant. J’étais donc désemparée face aux premiers pleurs de mon enfant, ma petite avait un cri particulièrement strident que je n’arrivais pas à calmer. Allais-je réussir à créer ce lien avec ma fille? Comment allais-je gérer ma nouvelle vie à 3 moi qui ai toujours été très indépendante? Je devais désormais prendre le temps de réaliser que je n »étais plus toute seule et que désormais une personne très importante comptait sur moi pour grandir dans ce monde. Quelle angoisse! J’ai appris plus tard qu’il ne faut pas trop se projeter et vivre au jour le jour. Pendant ma grossesse, j’avais décidé d’allaiter car on m’a toujours dit que le lait maternel contenait des éléments importants pour le système immunitaire du bébé et que cela renforçait le lien entre la maman et l’enfant. Je trouvais ça magique! A la naissance d’Eva, j’étais épuisée et le biberon s’est imposé de lui même malgré mes tentatives pour allaiter ma fille. Je ne le regrette pas au final. Allaiter demande une energie folle que je n’avais pas… Le point positif dans tout ça: mon mari peut m’aider avec les biberons. Je ne suis pas obligée de me lever tout le temps la nuit, nous alternons et il faut l’avouer c’est un grand soulagement… Ce que je retiens de ces premiers mois avec mon bébé:

ne pas écouter les autres ainsi que les phrases stupides: « c’est pour quand le deuxième? »  J’ai envie de leur répondre « laissez moi d’abord élever celui-là. »

ne pas se culpabiliser de ne pas allaiter, je préfère donner le biberon avec amour qu’allaiter avec dégoût. C’est ce que je dis aux femmes qui essaient de me piquer au vif;) histoire de leur clouer le bec.

faire comme on le sent avec son enfant, bien sûr chaque conseil est bon à prendre mais au final nous sommes les seules à connaître et comprendre les besoins de notre bébé.

s’octroyer des moments à soi: et oui, faire un enfant c’est aussi perdre une partie de soi même, cette partie égoïste…  nous ne disposons plus de nous-même comme avant et il est vrai que parfois ça manque de regarder la télé affalée sur le canapé après une dure journée, de sortir le soir, de faire des projets farfelus…

Voilà, je voulais partager avec vous cette aventure, je trouve toujours intéressant de raconter les moments forts d’une vie!

DSC_0018

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Miss Pivoibulle Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des